Dans notre ère moderne pleine d’instantanéité, un changement au sein de notre culture de travail s’est fait ressentir ces dernières années. La Gig-economy – comprenez la hausse de positions freelance dans le marché du travail – n’est plus juste une mode, cela devient une généralité.

Intuit – une entreprise américaine de softwares financiers – prédit que, d’ici 2020, 40 pourcent de tous les travailleurs américains seront des indépendants. Au Royaume-Uni, on estime que 5 millions de personnes travaillent déjà avec ce type de contrat. Sondés par the Upwork and the Freelancers Union, 81 pourcent des travailleurs traditionnels « seraient prêts à faire du travail supplémentaire à côté de leur emploi principal si cela leur permettait de gagner plus d’argent ». En France, 30 pourcent des vendeurs directs le font de manière complémentaire et 60 pourcent des entreprises françaises de vente directe travaillent avec des indépendants.

La question qu’il convient donc de se poser est : Pourquoi les contrats d’indépendant deviennent-ils de plus en plus populaires ? Le schéma classique du métro-boulot-dodo de 9 à 17 heures, bien que garant d’une sécurité d’emploi, paraît dépassé dans une période où les gens se concentrent davantage sur leurs projets personnels et accordent plus d’importance à la flexibilité et aux récompenses plutôt qu’à leur sécurité d’emploi.

Le mouvement de la Gig-economy amène d’importants changements dans la manière dont les gens travaillent et il en résulte des changements dans la manière dont les entreprises opèrent. Habituellement, les contrats d’indépendants étaient associés à des positions créatives (designers, artistes, producteurs vidéo, etc…). Mais aujourd’hui, la Gig-economy montre que toutes les positions peuvent être réalisées comme indépendants (même les rôles de séniors ou les positions financières). Lors d’une interview à Fast Company, Sanjay Sathe – CEO de RiseSmart – insistait sur l’idée que le travail gig amènerait les entreprises à être plus en phase avec l’état du marché : « S’il est vrai que 67% des entreprises présentent un nombre limité de positions d’indépendants, si l’on s’en réfère au sondage de 2016 Workforce for the Future, avoir des positions gig signifie qu’elles ont la capacité d’amener des nouveaux talents à bord et de débarquer ceux dont elles n’ont plus besoin sans un poids fiscal et administratif. »

Chez tawkr, nous sommes fiers d’être des pionniers du mouvement de la Gig-economy : nous travaillons avec des indépendants depuis plus de vingt ans. Cela nous permet d’être en phase avec les réalités vécues par les Milléniaux ainsi que leurs habitudes de travail : aujourd’hui les gens ont tendance à changer régulièrement de travail. C’est ce que Faith Popcorn (interviewée par Fast Company) appelle le paradigme du « Vivre dans le flou ». « C’est une existence nomade, axée technologie, dans laquelle il y a un mélange constant de travail et de plaisir, et où voyager pour un boulot n’est pas un problème dans une économie du partage ».

Aujourd’hui, nombreuses sont les entreprises qui prennent cette direction. Elles réalisent qu’elles peuvent trouver les talents et la main d’œuvre nécessaire chez les indépendants. Comme l’écrivait récemment le Boston Globe : « Qu’ils voient les changements au sein de l’espace de travail d’un bon ou d’un mauvais œil, les experts s’accordent tous à dire qu’il faut faire davantage de recherches car la Gig-economy n’est pas prête de partir. Dans n’importe quel type d’économie, le tout est de faire un travail efficace au coût le plus réduit. » 2017, aura une influence majeure sur l’évolution de la Gig-economy et soit vous prenez le train en marche ou vous le ratez. L’évolution est en marche, chez tawkr on est prêt, et vous ?

Sources:

whatis.techtarget.com/definition/gig-economy 
www.fastcompany.com/3066905/how-the-gig-economy-will-change-in-2017 
www.bbc.com/news/business-38930048 
www.bostonglobe.com/magazine/2016/04/20/the-gig-economy-coming-you-probably-won-like

Baromètre de la Vente Directe, FVD, 2016, 3ème édition.