Ces dernières années, bon nombre de gourous de la technologie et d’informaticiens insistent sur la puissance des grandes banques de données. Permettant aux entreprises, marques et associations de cibler leurs clients plus précisément qu’avant, les données sont extrêmement utiles. Mais elles posent aussi des questions d’éthique et de vie privée. GDPR est la réponse de l’Union Européenne à ce problème, mais de quoi parle-t-on exactement ?

Qu’est-ce que le GDPR ?

GDPR (ou Règlement Général sur la Protection des Données 2016/679) est le résultat d’un voyage de quatre ans que l’UE a entrepris dès 2014. Ce règlement vise à donner plus de pouvoir aux citoyens par le renforcement de la protection de leurs données ainsi que la création de listes de règles uniformisées à travers l’ensemble des pays membres. La législation actuelle est datée dans la plupart des pays européens et pour beaucoup, fut adoptée avant le boom internet (la législation européenne actuelle est « La Directive de Protection des Données 95/46 » – passée en 1995).

Quand sera-t-il effectif ?

Le 25 mai 2018 sera une date importante pour la protection des données en Europe car c’est ce jour-là que le GDPR deviendra contraignant dans tous les pays de l’Union Européenne (cela s’appliquera aussi au Royaume-Uni).

Pourquoi est-ce si important pour les entreprises ?

Le GDPR aura un impact non négligeable sur de nombreux secteurs de l’économie et amènera des changements majeurs dans la manière dont les entreprises fonctionnent. Toutes les entreprises à travers le globe devront adopter leurs pratiques pour être conformes à la nouvelle régulation. Bien que le chemin soit long pour y adhérer et s’y conformer, il s’agit aussi d’une opportunité intéressante pour les entreprises de montrer à leurs clients qu’elles prennent leur vie privée à cœur et qu’elles sont responsables en la matière.

Et pour les consommateurs ?

Dans l’absolu, la plupart des consommateurs ne verront pas de différence immédiate, bien qu’avec le temps ils remarqueront peut-être des changements dans la manière dont les entreprises communiquent avec eux : plus de transparence dans la manière dont les données sont collectées et une meilleure compréhension de leur utilisation. D’autant plus que ceci permettra aux mauvais élèves d’être pointés du doigt et de payer des amendes conséquentes s’ils ne respectent pas la régulation.

In fine, tant que les entreprises voient cette régulation comme une opportunité pour améliorer leur image et la manière dont ils manient les données de leurs clients/consommateurs, cela ne devrait pas être trop compliqué. D’une certaine manière, même les plus gros collecteurs et utilisateurs de données ont des données propres qu’ils souhaitent voir protégées, dès lors, la situation devrait être profitable pour tout le monde.