Des études montrent qu’en moyenne l’œil humain est exposé à plus 3000 publicités différentes chaque jour. Elles sont partout et les responsables marketing modernes doivent faire preuve de plus en plus de créativité pour contrer la lassitude des consommateurs à l’égard de la publicité. Alors que la publicité en ligne atteint des records depuis quelques années, on a vite tendance à oublier que 50% de la population mondiale n’a toujours pas accès à internet. En France, ce sont 17% de la population qui ne possèdent pas de connexion. Alors comment atteindre 10 millions de consommateurs potentiels déconnectés ?

Les stratégies marketing traditionnelles -pubs télévisuelles, affichage, presse, etc…- sont présentes depuis tellement longtemps qu’on en vient à se demander si les gens y prêtent encore attention. Et même si de petites innovations tentent de faire varier nos perceptions – le placement de produit par exemple-, ont-elles vraiment un impact ?

Si le fait que les gens ne prêtent plus autant attention à la publicité en ligne est un problème pour les marketers web, le fait que le ad-blocking sur desktop et mobile atteigne des taux d’utilisation ahurissants d’année en année est aussi un élément troublant. En 2015, des études montraient que le ad-blocking coutait environs quelques 22 milliards de dollars par an aux annonceurs et qu’un demi-milliard d’internautes en étaient adeptes à travers le globe.

Surtout que ce n’est pas parce que vous atteignez les gens avec vos annonces qu’ils vont acheter votre produit. Voici pourquoi, aujourd’hui, le marketing en face à face semble être une solution parfaite pour développer la reconnaissance d’une marque, le reach et la vente. À travers notre propre expérience nous savons qu’entre 2 et 5% des personnes approchées par des marketers face à face (ou des Brands Ambassadors) feront un achat. D’autant plus, 50% de ces clients seront enclins à refaire un achat via le marketing face à face simplement parce qu’ils gardent un bon souvenir de leur première rencontre avec un Brand Ambassador.

Se pourrait-il que dans notre monde digital, de plus en plus saturé, le face à face et l’interaction humaine soient des éléments clés pour améliorer l’image de marque et les résultats de vente ?